Morocco, here we go!

Après deux semaines intenses à enchaîner les petits boulots les uns après les autres (avec des journées du type 7h30-20h), j’ai fait mes valises et me suis envolée pour le Maroc. 11911466_969079119817287_781413689_n.pngCe n’est pas la première fois que j’y vais. Origines algériennes et marocaines obligent, je suis souvent allée dans ces deux pays-là. Alors que je traîne des pieds pour me rendre en Algérie (je viens d’un petit village perdu au milieu d’une montagne où il n’y a absolument rien à faire), je prends toujours un grand plaisir à retourner de temps à autre au Maroc ! Et c’est à Meknès, là où se trouve ma famille et où j’ai mes habitudes, que j’ai d’abord posé mes valises. J’adore flaner dans la Medina, faire un tour de calèche dans le palais Moulay-Ismail, redécouvrir le goût d’un BigMac et de nuggets ou tout simplement me ressourcer. Mais cette année, avec ma famille, nous avons décidé de bousculer un peu la routine en faisant du tourisme dans une ville au bord de la mer : Tanger

11908075_969079086483957_1786091438_nEt pour cela, on a utilisé le moyen de transport le plus répandu au Maroc pour les interrégionaux : le train. Je résumerai le trajet en un mot. Le train marocain : une horreur ! Les places ne sont pas attribuées et il n’y a pas de limite de vente de places : tant qu’on peut en vendre, on en vend. Ce qui fait qu’on se retrouve entassé les uns sur les autres de bout en bout. Des gens sont assis par terre, certains devant les portes ouvertes d’un train en marche ! D’autres restent debout pendant des heures et des heures ! Sans parler de la chaleur : il n’y a ni climatisation ni fenêtres ouvrables. Et je vous passerai l’état des toilettes… A l’aller, nous avons mis 6h avant d’arriver à destination. Au retour, en plus des 40 minutes de retard, nous avons mis 5h (alors qu’un Tanger-Meknès pourrait se faire en quatre heures grand max). Autant vous dire que je partais avec une grosse fatigue et de la mauvaise humeur.

11120919_969079099817289_9881797_n.pngMais une fois sur place, tout cela s’est envolé : j’ai eu un énorme coup de cœur dès les premières minutes ! Tanger est une ville joyeuse et festive. Une ville dont la vie commence dès que la nuit tombe. On marche le long des quais et on peut tomber sur tout et n’importe quoi : un énorme concert gratuit, une fête foraine improvisée, des femmes qui proposent du henné, des hommes qui font faire des tours de voitures télécommandés aux tout petits et du touc-touc aux plus grands, des food trucks en veux-tu en voilà et des gens qui piquent-niquent en pleine rue en pleine nuit, des gens qui dansent, qui rient, qui s’amusent. La bonne humeur ambiante est contagieuse et on a vite fait de se mêler à la population et l’imiter. L’architecture est belle et moderne, ce qui permet de ne pas se sentir trop dépaysé par rapport à l’Occident, mais tout en restant exotique et traditionnellement marocain. Posée dans un petit appartement cosy avec piscine en plein centre-ville (qui répond au doux nom de « Complexe Le Printemps »), j’étais au milieu de toutes ces distractions et ces divertissements. La plage, les restaurants, les centres commerciaux… Je n’avais qu’à faire deux pas pour me retrouver à chacun de ces endroits-là.

Seul bémol : les blédards en rut comme s’ils n’avaient jamais vu un être du sexe opposé de leur vie.

Petit + beauty : l’air chaud et sec permettait à mes cheveux d’onduler naturellement et magnifiquement.

Publicités

2 commentaires sur “Morocco, here we go!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s