Amalgame

Cette petite anecdote a été écrite pendant mon ERASMUS à Londres il y a un peu plus d’un an. J’écris souvent des choses que je trouve intéressantes pour m’en souvenir. Cette petite histoire est, à mon sens, très intéressante.

J’étais au Sainsbury’s avec mes collègues du dortoir et pendant qu’elles faisaient leurs courses, je suis allée spontanément vers un jeune homme qui devait avoir la vingtaine et qui avait l’air musulman. Je lui ai demandé s’il était musulman, il a souri et m’a répondu « oui ». Je lui ai alors demandé si ici, en Angleterre, il se sentait complètement accepté ou si, au contraire, il ressentait une sorte de négativité par rapport à sa religion. Il m’a répondu qu’il n’avait jamais eu de problèmes et qu’il se sentait complètement accepté et intégré. Il n’a jamais reçu de regard méprisant ou une remarque désobligeante ? Jamais ! Je l’ai remercié et il m’a alors proposé de me présenter à trois autres de ses collègues qui étaient présents et qui étaient également musulmans : un homme barbu (d’environ 25 ans) et deux jeunes femmes portant le hijab (qui devaient avoir la petite vingtaine).

Le deuxième homme m’a dit la même chose que le premier (et je précise qu’il n’était pas présent pendant que je questionnais son collègue donc c’est vraiment sa propre opinion) : il est très accepté et intégré aussi. Cependant, je pense qu’il est judicieux de noter qu’à part pour la barbe, il ne ressemble pas à un musulman : il fait très caucasien. D’ailleurs, lorsque son collègue me l’a montré, ma réaction spontanée a été de m’exclamer : « oh il est musulman ?! ».

Contrairement à eux, les deux jeunes femmes m’ont dit que oui, elles ressentaient une certaine négativité quant à leurs hijabs. Je leur ai demandé si cette négativité se présentait seulement sous forme de regards noirs ou s’il était déjà arrivé que des gens soient venus le leur dire directement en face. L’une d’elles m’a répondu que personne ne lui avait jamais rien dit car lorsqu’on la regardait mal, elle ne baissait pas les yeux et leur renvoyait leurs regards d’un air fier et – je la cite – « ils savent qu’ils n’ont pas intérêt à me dire quoi que ce soit ».  L’autre m’a dit que personne ne lui a jamais rien dit non plus. En revanche, lorsqu’elle était plus jeune, elle se rappelle de cette femme qui lui a lancé un regard tellement méchant qu’elle s’était sentie vraiment mal et blessée. Elle a aussi ajouté qu’après les attentats, une de ses amies a reçu des messages sur Facebook de personnes lui demandant si elle était une terroriste. 

Après les avoir tous remerciés, j’ai retrouvé mes collègues ERASMUS qui m’attendaient. L’une d’elles m’a alors demandé : « tu étais en train de leur demander s’ils étaient des terroristes ? » et la deuxième a surenchéri : « ouais, on aurait trop dit que tu leur demandais ça !« 

Au fait, je n’ai pas réagi à ce moment parce que je n’ai pas réalisé. Mais maintenant que j’y repense, c’est assez intéressant (et je l’avoue, assez énervant) qu’elles aient pu penser ça. Est-ce qu’elles auraient pensé ça si les personnes que j’avais interviewées étaient des blancs sans particularité physique ? Évidemment que non. C’est justement à cause de leur apparence qu’elles se sont permises d’émettre de tels jugements : les barbus, les femmes voilées = musulmans = terroristes.

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Amalgame

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s