Je suis nostalgique

Encore une fois c’est un vieil article que j’ai écrit il y a quelques mois et que j’ai relu dernièrement… 

Wish we could turn back time to the good old days when the mama sings us to sleep but now we’re stressed out….

Capture d’écran 2017-02-26 à 04.52.23.pngC’est en écoutant cette chanson de Twenty One Pilots dans le car qui me ramène de Marseille (où je bosse) à Aix (où je vis) le soir à 21h43 que j’ai eu des flash-backs. Je suis une personne nostalgique. J’adore le vintage, les objets retro : les téléviseurs, les vieux téléphones fixes, les vieux livres… Tout ce qui peut me rappeler le passé. D’ailleurs, j’ai craqué sur un vieux téléphone (celui sur la gauche) dans un vide-grenier d’une charmante petite ville provinciale qui répond au doux nom de Saint-Remy-de-Provence.

Avant, j’avais une passion intense pour ces choses que je n’ai pas connues. Les années 20 que j’ai étudiées à la fac et dont je suis toujours complètement piquée (la mode, le swing, le charleston, la folie…). J’ai aussi eu ma période fana des années 80 (la mode aussi et la musique) dont ma mère m’a beaucoup parlé. Je les ai aussi découvertes plus amplement à travers une série du nom de The Carrie Diaries qui est géniale ! La storyline est un peu approximative et très moyenne mais les couleurs, la bande son et les tenues sont à tomber…

Maintenant à l’aube de mes 24 ans (je le répète, j’ai écrit cet article il y a quelques mois – j’ai eu 24 ans en janvier), et alors que j’ai fini mes études, je suis entrée dans la vie active, et je me suis mariée. Mais avec tout ça, je développe une nostalgie grandissante pour les années 90 et le début des années 2000. Et plus que pour des objets, des dessins animés, des émissions TV (KD2A, Midi les Zouzous, Tfou…) qui ont bercé mon enfance et mon adolescence, l’insouciance qui allait avec.

We used to play pretend, now we need to make money

skidz.jpgQuand j’étais petite, je n’avais qu’une hâte c’était de grandir. Avec ma sœur, je me rappelle qu’on s’amusait à se dire « ça y est j’ai 13 ans, l’âge des grands », « ça y est j’ai 14 ans, l’âge des grands ». On courrait après l’âge adulte. On pensait qu’être grand c’était la classe comparé à être petit. D’ailleurs, notez qu’un enfant déteste qu’on lui dise qu’il est petit (et je vous assure que c’est pareil pour un ado).

En plus, lorsqu’on est vraiment jeune, le « et demi » est vraiment très important. Je m’en rappelle une fois je faisais du baby-sitting pour une soirée d’anniversaire. Je surveillais trois enfants de 9-10 ans et deux de cinq. Les trois premiers n’avaient pas besoin de surveillance. Ils jouaient à des jeux vidéos et étaient assez calmes. Les deux plus jeunes par contre avaient du mal à tenir en place. Je ne me rappelle honnêtement plus de leurs prénoms. On va donc appeler le plus jeune Paul, et l’autre Arthur. Paul voulait absolument jouer avec moi (et du coup m’éloigner des autres enfants) mais Arthur, lui, voulait jouer avec les plus grands enfants et ça les embêtait un peu. J’ai alors demandé à Arthur de jouer avec Paul :

Sabrina : Arthur, tu veux pas jouer avec Paul ? I

Arthur : Non, il est petit !

Sabrina : Vous avez le même âge.

Arthur : Non, lui il a cinq ans et moi, j’ai cinq ans et demi !

La différence est effectivement révoltante…

Pour revenir à moi, oui, j’imaginais qu’être grand, c’était la liberté. Sauf qu’avec la liberté, viennent les responsabilités. Et honnêtement, ça, on y est pas préparé.

En tout cas, moi, je ne l’étais pas. Ma mère me l’a répété et re-répété. Profite Sabrina, un jour tu vas regretter, un jour tu vas vouloir redevenir petite. Elle avait bien raison. Au fait, ça me manque d’être petite. Ça me manque de ne pas m’inquiéter d’être en major découvert dès le 10 du mois, ça me manque d’être insouciante et de ne pas penser à ce que je vais manger le soir. Ça me manque d’aller en cours (moi, j’aimais bien l’école, de la primaire à la fac, j’ai kiffé ça). Ça me manque de voir les copines tous les jours. Ça me manque de pouvoir lire avant de dormir. Y a plein de trucs qui me manquent et que je ne peux plus faire aujourd’hui parce que je n’ai plus le temps et plus l’insouciance.

Je ne sais pas comment préparer mes enfants à ça. Ma mère me l’a répété 1000 fois, ça n’a pas suffit. Au fait je crois que ça ne sert à rien de le dire, un enfant ça voudra toujours grandir jusqu’à ce qu’il soit vraiment grand.

Publicités

2 commentaires sur “Je suis nostalgique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s