Les livres à lire quand on est féministe (ou veut le devenir)

Il n’y a pas longtemps, j’ai partagé les séries féministes qui m’ont passionnée cette année. J’ai décidé de faire la même chose avec les livres qui ont également inspiré mon féminisme et ma vie en général. Contrairement à l’article précédent, je ne range pas ces ouvrages en classement car je les trouve assez différents les uns des autres et pas réellement comparables. En revanche, j’ai donné une note personnelle à chaque lecture : 

#Girlboss, Sophia Amuroso

515mDsAAP3L

Je commence par lui car Sophia Amoruso est mon modèle et son ouvrage, mon mantra. J’avais déjà écrit tout un article sur le travail de la CEO et fondatrice de Nasty Gal et son adaptation en série Netflix. Et je l’ai dit et redit : cette femme est une inspiration et une source de motivation pour moi. Elle avait 23 ans, elle était fauchée, presque à la rue et aujourd’hui, elle est Girl Boss de sa propre entreprise et est multi-millionaire. Le rêve professionnel ultime. Et tout au long de ce livre qui est à la fois une autobiographie et à la fois un recueil de conseils, elle nous enseigne les DOs et les DONTs de la parfaite chercheuse d’emploi, employée et patronne. À avoir dans sa bibliothèque.

Ma note : ★★★★★

 

How To Be a Woman, Caitlin Moran

Capture d_écran 2017-08-06 à 23.03.41

Le livre de Moran est plus un mémoire qu’un réel manifeste. C’est un récit autobiographique dans lequel elle narre ses premiers pas féministes, de ses 13 ans à aujourd’hui. C’est l’ouvrage auquel j’ai le moins accroché mais beaucoup apprécieront son approche sur la sexualité, la pilosité (Caitlin Moran est une partisane du « no épilation »), la maternité, etc… Elle emprunte un ton très humoristique et est sûrement plus féministe que le féminisme. Je vais être honnête, je n’ai pas beaucoup aimé son livre. En revanche, certains passages sont – à mon sens – hyper nécessaires, notamment dans le chapitre « I am a Feminist ». Voici un exemple :

« When statistics come in saying that only 29% of American women would describe themselves as feminist – and only 42% of British women – I used to think, What do you think feminism IS, ladies? What part of « liberation for women » is not for you? Is it freedom to vote? The right not to be owned by the man you marry? The campaign for equal pay? […] Did all that good shit GET ON YOUR NERVES? Or were you just DRUNK AT THE TIME OF THE SURVEY?   »

Quand des sondages disaient que seulement 29% des Américaines se décriraient comme féministes – et seulement 42% des britanniques – je pensais alors « Mais vous pensez que le féminisme, c’est QUOI, mesdames ? Quelle partie de « la libération de la femme » n’est pas pour vous ? Est-ce le droit de vote ? Le droit de ne pas appartenir à l’homme que vous épousez ? La campagne pour l’égalité salariale ? […] Est-ce que toute cette bonne merde vous énerve ? Ou étiez-vous juste bourrées au moment du sondage ? »

Ma note : ★★☆☆☆

 

La saga Napolitaine d’Elena Ferrante

Elena-Ferrante-series

J’avais déjà lu les deux premiers livres il y un an et j’en avais fait un article. Depuis, j’ai lu les deux suivants et j’ai même relu la saga entière cet été. J’en ai d’autant plus pris la dimension féministe. Certes, c’est une fiction (même si on sent beaucoup de passages autobiographiques) mais les deux personnages principaux sont féministes malgré elles. En particulier à partir du tome 2. Surtout dans le tome 3. Nous sommes dans les années 60 et 70 dans une Italie en ébullition et en pleine transition sociale et politique. Et là, deux jeunes femmes, Lila et Elena, se battent à leur manière et séparément pour garder leur liberté. Surtout Lila. Car si les choses s’imposent d’elles-mêmes à Elena, Lila se bat comme une lionne pour continuer à étudier, à s’enrichir intellectuellement, à créer sa propre entreprise, à gagner son argent par elle-même… Elle refuse d’appartenir à qui que ce soit et ne se plie à aucune règle. C’est une force de caractère et elle tient à son indépendance. Elle se bat même pour les autres : contre les conditions atroces dans lesquelles certain-e-s travaillent et sont abusées sexuellement. Ou elle impose ses amies d’enfance comme employées dans les commerces de son quartier… Un modèle en la matière et on comprend l’envie et l’influence qu’elle inspire à son amie / rivale de toujours, Elena. Elle est féministe sans s’en rendre compte à l’inverse d’Elena qui écrit même un roman féministe que j’aurais beaucoup aimé existant pour de vrai…

Ma note : ★★★★★

 

We Should All Be Feminists, Chimamanda Ngozi Adichie

41F93UnVZGL._SY344_BO1,204,203,200_

Le meilleur pour la fin. Ce livre, qui est en réalité un essai, reprend un discours prononcé par Chimamanda Ngozi Adichie en 2012. Cet ouvrage plein de réalisme et de vérités nous ouvre les yeux sur la réalité du féminisme. Je disais moi-même dans un article que je n’aimais pas dire que j’étais « féministe » car cela sonnait péjoratif à mes oreilles. Adichie m’explique dès les premières pages pourquoi même moi, je n’aimais pas ce mot (cela va sans dire qu’après cette lecture, ce n’est plus le cas). Elle explique ensuite pourquoi on ne devrait pas le trouver négatif et pourquoi il est important que tout un chacun le soit. Elle raconte comment dès l’enfance, on est conditionné pour voir la femme d’une telle façon et l’homme d’une autre et donc l’importance d’apprendre dès le plus jeune âge l’égalité des sexes. Un essai passionnant à partager au plus grand nombre, femmes comme hommes, du plus jeune au plus vieux… Voici un petit extrait live de l’ouvrage (et pour ceux qui n’aiment pas lire, voici le discours du livre en vidéo) :

Ma note : ♥️♥️♥️♥️♥️

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s