J’ai vu le film Love, Simon en avant-première

Et franchement, j’ai bien aimé…

À la base, ce n’est pas le style de film que je vais spontanément regarder et encore moins, payer pour voir au cinéma. Mais j’ai été gracieusement invitée par la 20th Century Fox à le regarder en avant-première dans leurs locaux parisiens. Alors malgré mes goûts personnels et mes à priori, j’ai accepté de m’y rendre. Pourquoi ? Parce que regarder un film trois mois avant sa sortie gratuitement, ça ne se refuse pas.

Au début, je vois la petite salle remplie à 80% d’adolescentes qui disent ne pas savoir « si elles réussiront à se retenir de crier en voyant Nick Robinson » (qui joue donc Simon, le personnage principal) sur l’écran… Je me demande alors ce que je fais là.

Le film commence. C’est un ramassis de clichés ridicules sur les ados américains (les pom pom, les personnages caricaturaux, les histoires de untel a couché avec untel à tel endroit,…). Franchement, c’était très cliché, très ado, très tout ce que je déteste. Honnêtement, pendant le premier quart d’heure, je me sentais archi vieille. Et puis on commence à connaître le Simon…

Et là, j’ai été agréablement surprise. Le film est étonnamment touchant, c’est beaucoup plus qu’un simple film pour ados, c’est un véritable message d’espoir. Franchement, on passe un bon moment devant. J’ai plusieurs fois rigolé et entendu les autres spectateurs rire aussi. À aucun moment on entre dans le pathos, à aucun moment c’est triste, à aucun moment on a envie de pleurer.

Ce qu’on peut lui reprocher, c’est peut-être ce manque de réalisme : honnêtement, je doute que les choses puissent se passer aussi bien pour un ado qui fait son coming out encore aujourd’hui. En tout cas, moi je sais, que dans mon lycée à l’époque (et c’est sûrement toujours le cas maintenant), un garçon dont on aurait balancé éhontément son homosexualité devant tout le monde, se serait fait insulter et même frapper. Simon ne subit rien de tout ça, si ce n’est les moqueries de deux cons de son lycée qui se font quand même vite remettre à leur place par une professeur génialissime (de loin, le meilleur personnage du film – à chacune de ses scènes, chacune de ses phrases font hurler de rire).

Néanmoins, je pense que ce n’était pas le but du film, au contraire. J’ai l’impression que le message du réalisateur est de montrer comment les gens DEVRAIENT réagir et non pas comment ils réagissent déjà. C’est un message pour les ados : voilà comment vous devriez traiter un camarade / ami dont vous apprenez l’homosexualité. C’est un message pour les professeurs et les enseignants : voilà comment vous devriez réagir si vous voyiez 2-3 cons qui se moquent d’un élève à cause de son homosexualité. C’est un message pour les familles : voilà comment vous devriez prendre l’homosexualité de votre enfant, frère / soeur.

Je pense que la cible principale du film est surtout le public jeune qui est, quand même, il faut le dire, très cruel et qui a bien besoin d’une leçon de bienveillance et de tolérance de temps à autre. D’ailleurs, la présence de 2 acteurs de 13 Reasons Why (Katherine Langfod et Miles Heizer) renforcent cette impression d’engagement. Cependant, ça n’empêche pas des personnes adultes d’aller voir Love, Simon et de l’apprécier, au contraire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s